Retour

«Nous avons identifié sept étapes pour la transformation digitale des PME»

La grande majorité des petites et moyennes entreprises suisses jugent importante la numérisation de leurs activités, mais ne savent pas comment sauter le pas.

Une grande étude réalisée sur la digitalisation des entreprises en Suisse a été publiée en novembre 2017 par la Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse (FHNW). Elle s’est intéressée à la situation des PME, à l’heure où 73% d’entre elles estiment la transition digitale cruciale pour leur développement. Marc K. Peter, en charge de ce projet baptisé Transformation des PME – réussir la mise en œuvre de sa transformation digitale, en détaille les principaux résultats et livre des conseils pratiques aux entrepreneurs.

Vous avez sondé plus de mille huit cents entreprises suisses. Pourquoi avoir lancé une étude de cette ampleur?

Si la transformation digitale est d’actualité au sein des PME, la plupart des études existantes fournissent seulement des chiffres-clés et un état global de la situation. Peu de publications anciennes présentaient ce qui se passait réellement dans les entreprises, comment ces mutations se déroulaient, dans quel laps de temps, avec quelles contraintes, etc. La FHNW a donc décidé de lancer une étude plus approfondie.

Pouvez-vous nous donner une définition claire de la transformation digitale des sociétés?

Notre vie, les appareils que nous utilisons – téléphones, tablettes, ordinateurs –, les entreprises dans lesquelles nous travaillons: tout est connecté. Résultat: une quantité élevée de données est générée. Dans le même temps, avec l’explosion d’internet et la globalisation des échanges, les clients et partenaires commerciaux réclament toujours plus de nouveautés. Ce contexte somme les entreprises de se renouveler sur trois plans: elles doivent reconnaître et répondre aux nouvelles demandes, savoir exploiter les données tout en maîtrisant les technologies nécessaires et, enfin, automatiser leurs processus.

Existe-t-il des différences importantes entre les PME et les grandes entreprises suisses?

Oui. Ces différences se situent en premier lieu au niveau du degré de digitalisation. Il se mesure en fonction de divers facteurs: l’entreprise juge-t-elle essentielle sa transformation numérique? Combien de projets de transformation digitale a-t-elle déjà effectivement mis en œuvre? Etc. Le degré de digitalisation s’avère, pour l’instant, sensiblement plus élevé au sein des grandes entreprises (88%) que dans les micro-entreprises (63%). Néanmoins, cette tendance pourrait s’inverser: notre étude a montré que les PME avaient planifié plus de projets de digitalisation à moyen terme que les grands groupes. En second lieu, les PME maîtrisent globalement moins d’outils technologiques que les plus grandes entreprises, par exemple en matière de marketing en ligne.

Quels sont les principaux obstacles à la digitalisation des PME?

Les cadres n’ont pas suffisamment de temps à leur disposition pour mettre correctement en œuvre les changements nécessaires. En outre, il manque souvent au management comme aux collaborateurs les connaissances de techniques essentielles pour mener à bien une telle transformation. Les PME encore réticentes en matière de digitalisation identifient un certain nombre de risques, au premier rang desquels l’insécurité des données et la difficulté à trouver du personnel compétent.

Quelles branches se révèlent particulièrement proactives ou, à l’inverse, plutôt en retard?

Le commerce, l’éducation, la construction ou la santé et le domaine social ont relativement peu de projets digitaux en cours. L’administration ainsi que la restauration et l’hôtellerie se situent dans la moyenne. Les entreprises informatiques, les assurances et la finance concentrent quant à elles le plus grand nombre de projets. Cependant, tous les secteurs de l’économie suisse devront, tôt ou tard, procéder à leur transformation digitale.

Quelles sont les différentes étapes de la transformation digitale d’une PME?

Nous avons identifié sept champs d’action possibles, correspondant à sept étapes. Les petites et moyennes entreprises les mettent en œuvre les unes après les autres, comme dans le cadre d’un projet stratégique classique. La première étape est l’analyse de la maturité de l’entreprise pour lui permettre de déterminer son potentiel digital. La deuxième est une analyse orientée vers l’extérieur visant à identifier la clientèle et les marchés possibles, ainsi que les technologies nécessaires. Une analyse interne suivra, concentrée sur les processus, les données et les performances de la PME. Il faudra ensuite décider de la stratégie digitale et des méthodes pour y parvenir. Puis viendront l’établissement d’une feuille de route et la mise en place de petites modifications générant des résultats immédiats. L’avant-dernier champ d’action englobe le leadership digital et la gestion des changements dans l’entreprise. Enfin, la dernière étape comprend le lancement sur le marché et le marketing digital. Chacune de ces sept phases est détaillée dans l’étude, à l’aide de checklists et d’études de cas.

Vers qui les PME souhaitant lancer leur digitalisation peuvent-elles se tourner?

Elles peuvent trouver de l’aide auprès des Hautes écoles suisses, qui mettent en ligne des questionnaires d’analyse de maturité et proposent un accompagnement sous forme de cours de formation continue. Les publications sur le sujet, telle que la nôtre, constituent une autre ressource intéressante. Les PME peuvent également s’adresser aux réseaux professionnels traditionnels (associations faîtières, chambres de commerce, cercles de promotion économique) et, bien évidemment, prendre contact avec des agences ou des entreprises spécialisées en conseil.

Newsletter PME de la Confédération